Shuntage et comptage d'essieu

Tout ce qui concerne les trains réels, des infos, une histoire à raconter.

Modérateur : Modérateurs

ActivMaker
Messages : 216
Enregistré le : 25 janv. 2011 20:23

Shuntage et comptage d'essieu

Messagepar ActivMaker » 18 déc. 2017 13:12

Bonjour à tous,

Je parcours en ce moment différents documents traitant la signalisation en France et notamment la façon dont on détecte les convois. Je m'interroge sur la présence d'une détection de type shunt dans les régions montagneuses. La présence de neige doit faire office de shunt et provoquer le blocage des cantons. Est ce que dans ce cas on utilise plutôt une détection de type comptage d'essieu.
De manière générale, dans quel cas place t'on tel ou tel type de détection de convois.

Merci.

Avatar du membre
RM77
Testeur
Messages : 1362
Enregistré le : 03 août 2005 8:19

Re: Shuntage et comptage d'essieu

Messagepar RM77 » 18 déc. 2017 15:02

Bonjour

Le comptage d'essieux est utilisée en BAL ,plus rarement en BMCV, dans tout les cas ou les circuits de voies sont problématiques, zones très humides, tunnels, zones polluées par des pulvérulent, ...
Ca peut concerner un ou plusieurs cantons ou seulement une partie d'un canton. C'est transparent pour le conducteur à l'exception des grands tunnels où on a alors ce qu'on appel un "Canton tunnel" protégé par un carré franchissable en application d'une consigne affichée à l'entrée du tunnel.
Par temps de neige et dans les secteurs très souvent enneigé, on utilise encore la vielle méthode du cantonnement téléphonique. J'ai souvenir que pour monter à Bourg St Maurice, par temps de neige, on accrochait en queue de la rame sur le crochet d'attelage, en plus des lanternes, une boule métallique qui pendait à une vingtaine de cm au dessus du niveau des rails. Lorsque la rame arrivait en gare et que le canton devenait libre, cette boule activait au passage, un relais et signalait à l'agent de sécurité de la gare que la rame était arrivée "complète" et que le canton était libre. Ca dispensait de l'observation de la présence des feux de fin de convoi qui, avec la neige collé à l'arrière du train, étaient totalement invisibles.
En cas de défaillance du téléphone, on en revient aux "Bâtons Pilotes". C'est rare, et je n'ai vu ça qu'une fois sur Paris-Bâle entre Lure et Belfort. Plus de courant, plus de signaux, plus de poteaux téléphoniques, enfin bref plus rien pendant plus de 24 heure, mais des trains circulaient quand même.
Pour info, la neige pure n'est pas conductrice de l'électricité, c'est de l'eau distillée gelée. Elle le devient lorsqu'elle est polluée et surtout lorsqu'on la recouvre de sel (le plus souvent du chlorure de potassium) pour la faire fondre.

A+
Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue.
Albert Einstein.

ActivMaker
Messages : 216
Enregistré le : 25 janv. 2011 20:23

Re: Shuntage et comptage d'essieu

Messagepar ActivMaker » 19 déc. 2017 9:11

Bonjour Raymond,

Très intéressant cette histoire de Bourg St Maurice !
Merci pour cette réponse complète et précise.

A+


Retourner vers « La vie réelle du rail »